Définir des objectifs

Lors du premier entretien de coaching nous définissons l’objectif, ou en tout cas nous en posons les bases

Deux types principaux d’objectifs…

Les objectifs généraux ce sont  les objectifs finaux à atteindre

Exemples :

– Je veux atteindre la lune (objectif final est d’atteindre la lune)

– Équilibrer les différents domaines de ma vie : personnelle / professionnelle / sociale…

– Clarifier ce que j’attends de ma vie pour les années à venir.

– Être nº 1 dans le domaine XY

Les objectifs spécifiques sont des étapes nécessaires pour atteindre l’objectif final

Exemples :

-Pour atteindre la lune, il me faut des objectifs intermédiaires qui sont spécifiques :

– m’entourer d’une équipe,

– trouver les financements,

– préparer mon expédition,

 – construire une fusée,

– trouver les équipements adéquats,

– etc

– Faire du vélo, une heure, trois fois par semaine.

– Avoir 20 nouveaux clients d’ici le 1er janvier.

Les 2 types ont leur place en coaching.

– L’objectif général, même s’il ne dépend pas uniquement de nous, donne la direction et l’élan.

L’objectif spécifique est un objectif de performance.

Il peut se suffire à lui-même ou faire partie d’un projet plus large.

Lorsqu’une personne se donne un objectif global, demandez-lui de l’assortir d’objectifs spécifiques, qui vont devenir en fait des sous objectifs par rapport à l’objectif général.

Pour définir un objectif spécifique…

Il existe différentes grilles de clarification d’objectifs, qui se ressemblent.

En voici une :

1. L’objectif lui-même

Vérifiez qu’il est clair, spécifique et atteignable.

Il dépend de la personne et il est énoncé positivement.

La clarification de l’objectif répond à la question « Qu’est-ce que je veux, exactement?« 

2. Le résultat visé

C’est le niveau des bénéfices attendus.

Il répond à la question : « Qu’est-ce que cela me donnera ? Pour quelles raisons est-ce que tu veux cela ? »

Ce niveau est important, car c’est là que se trouve l’énergie de la motivation.

Plus l’objectif débouche sur des avantages/bénéfices intéressants, plus votre client est porté à se mettre en marche.

Exemple d’objectif : apprendre l’anglais.

Exemple de résultat visé : lire des livres en anglais sur le coaching. Pouvoir parler avec les gens quand je voyage aux États-Unis.

Exemple d’objectif : doubler vos revenus mensuels.

Exemple de résultat visé : tranquillité d’esprit, sécurité pour l’avenir.

3. L’intégrité

Est-ce que cet objectif respecte l’intégrité de la personne et de celles qui sont impliquées ?

Dans ce contexte, la notion d’intégrité correspond à celle d’écologie en PNL.

La question à poser comme point de départ à un échange : « Y a-t-il des inconvénients pour toi à atteindre cet objectif ? » ainsi que : « Y a-t-il un inconvénient pour les autres personnes impliquées ? ».

4. Les critères d’évaluation

Ils sont parfois évidents lorsque l’objectif concerne une performance précise. Dans ce cas, ils sont déjà présents dans la définition de celui-ci.

Lorsque c’est un objectif plus global, prévoyez des critères d’évaluation spécifiques.

Critères partiels : « À quoi est-ce que tu sauras que tu es dans la bonne direction ? »

Critère final : « À quoi est-ce que tu sauras que tu as atteint ton objectif ? »

….auxquels s’ajoutent :

La vérification que cet objectif est bien celui de votre client

Est-ce que c’est bien son objectif ou celui de ses parents, son patron, son conjoint, ses voisins… (Pourquoi dire une chose aussi évidente? Parce que de nombreuses personnes ne voient pas les choses évidentes).

La butée de temps

« Quand auras-tu atteint ton objectif ? À quelle date ? « 

L’anticipation des chances de réussite

« Sur une échelle de 1 à 10, à combien évalues-tu tes chances d’atteindre cet objectif ? ».
Si la personne est à moins de 8, réévaluer l’objectif avec elle, ou lui demander de quoi elle a besoin pour monter à 9 (ou 10 !).

Fixer des objectifs clairs
Pour Fixer des objectifs

Plusieurs points importants…

Un objectif est écrit. Tant qu’il ne l’est pas, ce n’est pas un objectif. C’est un

souhait, une idée, une intention…

La personne est plus importante que ses objectifs. Le Qui est plus important que le Quoi et le Comment.

La plupart du temps, je ne prends pas pour argent comptant les objectifs de mes clients. Il arrivera souvent qu’une personne vienne vous voir avec un ou plusieurs objectifs très clairs et que pourtant elle reparte de l’entretien avec des objectifs différents.

Pourquoi ? Parce qu’entre temps, vous l’aurez aidée à clarifier ce qu’elle veut réellement.

Une question qui est souvent fructueuse : « Si tu étais certain d’obtenir ce que tu veux dans ce domaine, s’il t’était impossible d’échouer ; qu’est-ce que tu voudrais vraiment ?« 

Votre client vient d’abord avec une demande, et c’est à travers le dialogue que vous allez faire émerger son objectif réel.

Si vous n’avez pas d’objectifs, vous risquez de rester un figurant dans la vie de ceux qui en ont (Aie!).

Pas plus de 3 objectifs en même temps. C’est l’histoire classique de courir plusieurs lièvres à la fois…

À chaque fois que possible, transformez l’objectif en projet  » Whaou« .

Le travail de visualisation ou la prescription de rituels, comme le fait de reécrire chaque jour les objectifs, sont aidant pour certaines personnes.

Une citation pertinente…

« Il n’y a point de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va ». Sénèque

Valoriser

Quelques définitions :

— Reconnaître une personne revient à dire à lui dire «Tu existes pour moi»,    «Je vois ce que tu fais », «Je tiens compte de toi».

— Être reconnu, c’est l’effet miroir : reconnaître un talent, un point fort, ce que la personne a d’unique.

— Être valorisé, c’est être reconnu dans ce qu’on fait et dans ce qu’on est.

 1. À quoi vous sentez-vous reconnu ?

• Une absence de jugement.

• Un accueil inconditionnel.

• Des marques d’attention : un merci, un compliment, un réconfort…

2. Quel est le but de la valorisation ?

• Augmenter le niveau de conscience de la personne.

• Renforcer la confiance en soi et l’estime de soi.

Motiver, stimuler.

Réconforter.

• Nourrir un lien de qualité.

• Obtenir de la coopération.

3. La notion de valorisation dans le coaching

• C’est une des bases dans le processus de coaching.

• Le client doit d’abord être reconnu en tant que personne.

• La valorisation lui donne confiance dans le coach et son intention et démontre qu’il est son allié.

• Elle suscite des progrès rapides.

• Elle permet également au coaché de (re)prendre confiance en lui. Valoriser la personne, c’est comme ouvrir un «compte émotionnel positif», et cela fonctionne exactement comme un compte en banque : on y engrange des marques d’attention positives.

• La valorisation met la personne en haute énergie positive et la met en contact avec sa créativité.

4. Comment valoriser ?

• L’appréciation est tout d’abord pertinente.

• Elle est sincère.

• Elle est adaptée à la situation.

• Elle est spécifique, ciblée, concrète, personnalisée.

• Elle consiste à offrir une qualité de présence à l’autre.

• Elle nécessite de la cohérence entre le langage verbal et le non verbal.

5. Quand valoriser ?

• Quand la personne en a besoin.

• Quand cela va dans le sens de son objectif.

• Chaque fois que la personne fait quelque chose de bien.

• Quand une étape est franchie.

• Quand la personne réussit un changement.

• Quand cela lui permet d’évaluer le chemin parcouru.

• Quand elle a besoin d’être connectée à ses réussites.

6. Obstacles possibles pour le coach

Le coach peut rencontrer des difficultés à faire passer le message positif et à convaincre la personne de l’authenticité, de la véracité de ses observations ou de ses compliments.

Pour la plupart d’entre nous, apprendre à valoriser et accepter d’être valorisé, c’est comme apprendre une nouvelle langue. Cela demande de l’entraînement pour le coach comme pour le client.

7. Si une valorisation provoque chez le client une émotion forte

• Il est important que le coach accueille cette émotion avec bienveillance, un tel moment d’authenticité est un cadeau.

• Le client développe la conscience de son ressenti.

8. Prendre l’habitude de valoriser

On dit qu’il faut :

4 marques d’attention par jour pour survivre (merci, sourire, regard, félicitations, coup de téléphone…).

8 pour se sentir vivant.

12 pour être heureux.

Faites le compte !

9. La circulation des marques d’attention

Quelques questions à vous poser :

1. Est-ce que je donne facilement des marques d’attention aux autres ?

2. Est-ce que je demande facilement des marques d’attention ?

3. Est-ce que j’accepte facilement les marques d’attention qu’on me donne ?

4. Est-ce que je dis facilement «non» à celles qui ne me conviennent pas ?

5. Est-ce que je me fais facilement des compliments à moi-même ?

Voyez par vous-même où vous avez des marges de progression et décidez de vous y mettre !

Coacher c’est Créer un lien

A – Un coaching comprend 2 dimensions :


1 – Les contenus,

c’est-à-dire les thèmes sur lesquels nous allons vous accompagner.

2 – La qualité de la relation que nous créons avec VOUS.

C’est le niveau du rapport, du lien. C’est ce niveau qui sert de toile de fond à votre action. C’est lui qui va l’accélérer ou la freiner. La faire réussir ou échouer.

Un coaching réussi, c’est un coaching qui se déroule au sein d’une relation authentique, c’est à dire forte et impliquante. A l’image des relations importantes de notre vie.

Cette capacité est une caractéristique clé de l’intelligence émotionnelle.

B – Comment construire une relation de qualité ?


En communiquant de façon authentique avec VOUS.

Un petit tour rapide du côté du dictionnaire pour clarifier les termes :

Communiquer signifie être en relation (définition du Petit Robert).
Être en relation veut dire créer un lien d’influence réciproque (Petit Robert). • Être authentique, c’est exprimer une vérité profonde de soi-même plutôt que des habitudes superficielles ou des conventions (Petit Robert encore).

C’est en cela que consiste le coaching : créer une relation d’influence mutuelle au sein de laquelle se disent des vérités qui se situent hors des habitudes superficielles et des discours conventionnels. C’est ce que VOUS attendez de nous en tant que coaché.

Et nous sommes là pour cela 

C – Quelles sont les caractéristiques de cette relation ?


1 –  Votre accueil 

Par une écoute active et l’empathie.

Dans un respect inconditionnel.

Sans jamais juger ou dévaloriser.

Nous fonctionnons dans un rapport gagnant/gagnant. En laissant nos problèmes personnels et nos projections de côté. C’est pour cela que nous sommes des professionnels et non pas un »ami » à qui vous vous confiez.

2 – Votre valorisation

Nous encourageons de façon sincère et pertinente

tout comportement qui va dans la bonne direction, toute réussite aussi petite soit elle, toute caractéristique positive.

Nous venons d’un fond d’éducation et d’une culture plus prompt à la critique qu’au compliment.

Mais nous, nous avons changer d’habitude et vous le ferez aussi au terme de notre coaching :  Vous allez apprendre  à applaudir les trains qui arrivent à l’heure et à le faire systématiquement.

C’est un paradigme qui vous permettra de changer de dimension et de devenir un gagnant méthodique.

 3 – Notre  fiabilité

En qui avons-vous confiance ?

Nous faisons confiance aux gens qui sont fiables. Qu’estce qu’une personne fiable? Une personne qui dit ce qu’elle fait et qui fait ce qu’elle dit.

On emploie aussi parfois le terme de congruence, qu’on doit à Carl Rogers, pour parler de la même chose.

Vous êtes congruent quand ce que vous dites = ce que vous pensez = ce que vous faites.

Autres termes voisins: « cohérence », « alignement », « intégration ».

Cela marche bien sûr dans les 2 sens, coach/coaché.

4 – Notre flexibilité

Chacun de nous a sa propre façon de communiquer, son propre style.

Certains sont enthousiastes et volubiles, d’autres plus réservés.

Certains parlent vite.

D’autres prennent plus de temps pour réfléchir à ce qu’ils vont vous dire.

Nous tenons compte de votre façon de communiquer et savons ajuster notre propre style au VOTRE.

 L’idée est juste de développer notre sensibilité à la façon dont VOUS fonctionnez pour nous mettre sur la même longueur d’onde que VOUS. C’est ce que la PNL appelle la synchronisation. (Programmation Neuro Linguistique qui fait partie de nos outils quotidiens)

Imaginons la relation comme une danse et apprenons à danser ensemble.

5 – Une touche de  légèreté

Nous ajoutons une touche de légèreté au processus de coaching.

Nous dédramatisons ce qui se passe. « Chargez neutre » car nous nous « méfions des gens qui ne rient jamais, ce ne sont pas des gens sérieux« 

D – Pour conclure… Le coaching c’est d’abord un état d’esprit et un ensemble d’outils de communication qui trouvent leur application dans la vie quotidienne